La gestion patrimoniale de la Truite Fario

Il est maintenant parfaitement établi que les centaines de milliers d’alevins de truites de souches atlantiques (ATL) domestiquées en pisciculture déversés dans nos cours d’eau pendant plusieurs dizaines d’années n’ont strictement servi à rien. Ces déversement n’ont pas augmenté la quantité de poissons dans nos rivières, et pire, elle a mise à mal la souche autochtone méditéranéenne (MED) de l’Isère puisque une partie la population de truites MED s’est croisée avec des souches ATL.

Même après plus de 50 années d’alevinage en ATL, la souche MED, parfaitement adaptée aux contraintes des cours d’eau de montagne est encore présente dans le bassin de la hautte Isére (Encore une preuve de l’inefficacité de ces alevinages).

Depuis le milieu des années 90, l’Aappma « Lacs et Torrents » s’est engagée dans une gestion patrimoniale afin de sauvegarder la souche locale de truite Fario méditerranéenne MED.

Cette politique consiste à ne pas déverser, dans l’Isère et ses affluents, de truites farios provenant de pisciculture (telle que la souche ATL) afin d’éviter la contamination génétique de la souche endémique MED. Les empoissonnements sont réalisés uniquement en Arc en ciel, et sur des parcours ciblés où l’enjeu de la reproduction est très faible, voire nul.

Les truites Fario que vous pêcherez, en cours d’eau seront donc intégralement issues de la reproduction naturelle !

                                                                             Critères de reconnaissance de la truite fario de souche ATL/MED

 

En ce qui concerne la gestion des lacs, celle-ci exige une protection maximale car il s’agit de milieux très fragiles (prise en glace durant 8 mois, rareté de la nourriture, sensibilité des berges au piétinement…).

Mis en réserve à tour de rôle, pendant 3 ans ou plus, ils sont ensuite ouverts une année. Soit, la reproduction naturelle permet leur auto-fonctionnement (saumons de fontaine au lac noir de la petite Sassière, Cristivomer au lac Blanc et au lac Noir des 5 lacs et du Vallon du Clou, etc…), soit leur population doit être soutenue par l’introduction de truitelles de un an.

Dans les retenues EDF (domaine public), où la reproduction est impossible (sauf la Sassière où la reproduction de l’omble chevalier est constatée), la gestion assurée par la Fédération de Savoie, consiste à déverser des truitelles, ou/et des truites maillées.